Gain de poids et consommation réduite

Malgré la baisse des prix du carburant, la recherche de rentabilité, la pression exercée par les compagnies aériennes à bas coût et les réglementations de plus en plus strictes en matière de bruit et d'émission de gaz à effet de serre obligent les opérateurs à utiliser des appareils plus légers et à plus haute efficacité énergétique.

L'abandon de l'aluminium dans la construction des cellules d'avion, des ailes, des bords de fuite et autres types de gouvernes poussent notamment les avionneurs à se tourner vers des composites en fibre de carbone, plus légers. La finition plus lisse des éléments en composites permet de réduire l'effet de traînée.

Parallèlement à ces nombreuses initiatives visant à alléger les appareils, il ne faut pas oublier le rôle de composants clés, en grande partie métalliques et installés hors de la vue des passagers : les câbles. Suivant le modèle, la taille, la capacité en nombre de passagers et les caractéristiques, un avion de ligne intègre de 200 à 600 km de câbles utilisés pour connecter les principaux équipements de l'appareil.

Le câblage, qui assure la transmission de l’énergie électrique, des données, des informations provenant des capteurs et sondes et les communications, intervient également dans les systèmes de gestion de vol, l'avionique, les dispositifs d'éclairage d'urgence, les voyants au-dessus des sièges et les systèmes de divertissement en vol. L'enjeu consiste à concevoir des câbles plus légers pour répondre aux besoins de chaque appareil sans compromettre la sécurité, les performances ni la fiabilité en vol.