Résultats annuels 2016

  • Marge opérationnelle en hausse de 24% à 242 millions d’euros dans un contexte de volumes en décroissance organique1 de -1,2% 2. Hors les activités « Oil & Gas » 3 , en recul de 27%, la croissance des autres activités est de +0,7%
  • Retour à un résultat net part du Groupe positif de 61 millions d’euros contre -194 millions d’euros en 2015
  • Dette nette au 31 décembre 2016 stable à 211 millions d’euros après un décaissement de 86 millions d’euros de restructuration
  • Proposition d’un dividende de 0,5 euro par action

 

Paris, le 9 février 2017 – Nexans publie ce jour ses comptes pour l’année 2016, arrêtés par le Conseil d’Administration réuni sous la Présidence de Georges Chodron de Courcel, le 8 février 2017.

 

I - Bilan de l’année 2016

Après un premier semestre de croissance organique étale (+0,2%) le second semestre a été marqué par le ralentissement des activités liées aux secteurs Oil & Gas et Mining, dans les ombilicaux, l’exploration terrestre aux Etats-Unis et les chantiers navals asiatiques (notamment les plateformes flottantes). Hors activités liées à ce secteur, les ventes du Groupe enregistrent une légère croissance (+0,7%).

Dans ce contexte le Groupe parvient à accroitre le taux de profitabilité opérationnelle de chacun de ses métiers avant un exercice 2017 qui va voir le chiffre d’affaires renouer avec une croissance organique globale.

Revenant sur le bilan de l’année, Arnaud Poupart-Lafarge, Directeur Général a déclaré :
« Deuxième année du plan stratégique, 2016 est un exercice dont nous accueillons les performances comme satisfaisantes dans un contexte de marché marqué par la dépression des débouchés Oil & Gas.
En dépit d’un volume de ventes en baisse, la marge opérationnelle s’est encore améliorée cette année grâce à la bonne exécution des initiatives stratégiques qui ont délivré les résultats attendus.
Ces derniers, comme la perspective de livraisons d’importants projets en haute tension sous marine dans les prochains mois, permettent au Groupe d’aborder l’année 2017 avec confiance tant au niveau de la progression de ses ventes qu’au niveau de l’amélioration de sa marge opérationnelle.
Nexans est ainsi dans une position favorable pour renouer avec la croissance et continuer de se positionner comme acteur clé de la transition énergétique. 
Compte tenu du retour à résultat net positif, il sera proposé à l’assemblée générale le versement d’un dividende de 0,5 euro par action. »

 

II – La vision du Groupe en actions « Nexans brings Energy to life »

Nexans apporte des solutions à l’enjeu incontournable de la transition énergétique, comme l’illustrent quelques-unes des annonces de 2016 et de ce début d’année.
Dans le domaine des énergies renouvelables, le Groupe joue un rôle moteur pour le développement de la technologie des parcs éoliens. Les besoins annuels en électricité d’un million de foyers seront couverts à terme par Hornsea, le plus grand parc éolien marin au monde situé au large des côtes anglaises, avec une capacité de 1 200 MW. Dans ce projet d’envergure, DONG Energy Wind Power A/S, a choisi les câbles Nexans pour l’équipement de son parc. De la même façon, le nouveau parc offshore 714 MW East Anglia ONE de ScottishPower Renewables annoncé récemment, alimentera un demi-million de foyers au Royaume-Uni d’ici 2020. Ce sont des câbles sous-marins haute-tension Nexans qui relieront au réseau l’énergie produite au large par les 102 éoliennes du parc. Ce nouveau contrat représente plus de 180 millions d’euros.
À ce jour, les câbles Nexans ont permis d’intégrer aux réseaux d’énergie à travers le monde, des parcs éoliens offshore totalisant une puissance supérieure à 2 600 MW et la consommation de près de 2 millions de foyers.

Au cours de l’exercice, Nexans a annoncé une série d’avancées technologiques dans le domaine des câbles courant continu haute tension (CCHT). Pour les opérateurs d’énergie, ces avancées (technologie en polyéthylène réticulé XLPE testée avec succès à 525 kV ; qualification du câble 600 kV en papier imprégné) sont significatives. Nexans contribue ainsi à répondre à leurs défis spécifiques dans un contexte où ce type de liaisons est appelé à jouer un rôle clé dans la réduction de l’empreinte carbone au niveau mondial en permettant aux consommateurs d’accéder aux énergies renouvelables, tout en minimisant les pertes en transmission.

Nexans apporte des solutions pour la transition énergétique dans le secteur industriel avec par exemple le nouveau câble moyenne-tension EDRMAX by Nexans™. Ce nouveau câble éco-conçu pour un impact environnemental réduit, accélère et facilite le raccordement des sources d'énergie renouvelable.
Dans le secteur des Telecom, les opérateurs doivent faire face à l’évolution exponentielle des transmissions de données. La transformation numérique exige une infrastructure informatique flexible, fiable et efficace dans l’accès et l’échange des données. Pour répondre à ces enjeux ainsi qu’à la nécessité d’anticiper les migrations de façon optimale, gérer la consommation énergétique et réduire les coûts d’exploitation, les responsables réseau peuvent désormais s’appuyer sur l’offre «Smart Choices for Digital Infrastructure» de Nexans qui les accompagne pour faire des choix intelligents en matière d’infrastructure numérique.

Enfin, dans le domaine du Bâtiment, l’évolution de la réglementation traduit l’exigence accrue d’efficacité énergétique, de fiabilité des installations et de sécurité des personnes et des biens. En Europe, l’entrée en vigueur au premier semestre 2017 du Règlement sur les Produits de Construction (CPR) pour les câbles en est un exemple. Nexans accompagne les professionnels du secteur pour intégrer ces changements, tant concernant leurs nouvelles obligations que sur les performances des câbles. Le Groupe œuvre ainsi à renforcer la sécurité incendie des bâtiments.

Ces exemples de succès commerciaux et innovations technologiques ont été rendus possibles grâce à la mobilisation des équipes à travers le monde et leur engagement pour l’excellence en tous points au service des clients.

 

III - Présentation détaillée de l’activité en 2016

Le chiffre d’affaires ressort à 5 814 milliards d’euros à cours des métaux courants, et à 4 431 milliards d’euros à cours des métaux constants 4, soit une décroissance organique de -1,2% par rapport à 2015. Après neuf premiers mois ayant marqué un recul organique de -0,9%, le quatrième trimestre de l’année s’est séquentiellement inscrit en décroissance organique de -0,5%  avec une reprise d’activité sur les câbles d’énergie basse tension pour le bâtiment (+9,3%) ainsi que sur les activités de projets en Transmission (+13,4%).

La marge opérationnelle s’élève à 242 millions d’euros contre 195 millions d’euros en 2015, en progression de 47 millions après la hausse enregistrée en 2015. Elle représente 5,5 % des ventes à cours des métaux constants contre 4,2% en 2015.

Ces chiffres reflètent des situations opérationnelles ayant varié au cours de l’exercice :

  • Dans les activités de projets de haute tension sous-marine, les travaux de maintenance ont pesé sur l’activité au début de l’année mais permettent d’envisager avec confiance la croissance attendue pour 2017, les prises de commandes de l’année s’étant encore accélérées (carnet de 1 794 millions d’euros en 2016 contre 1 706 millions d’euros en 2015).
  • Dans les segments liés à l’Oil & Gas (câbles ombilicaux, d’exploration et chantiers navals asiatiques) la dégradation s’est accélérée au cours des neuf premiers mois de l’exercice pour atteindre -39% au troisième trimestre avant de se stabiliser à ce niveau.
  • Les ventes de câbles de moyenne tension aux opérateurs d’Energie s’inscrivent en baisse annuelle organique de -2,8%. Après un premier semestre en croissance de +4,2%, les principaux opérateurs d’énergie ont rééquilibré leurs dépenses au second semestre. Cet effet s’est ajouté à une base de comparaison élevée au second semestre 2015.
  • Enfin, le segment des câbles LAN est en croissance organique de 5,1%, les deux semestres de l’année ayant marqué des tendances de croissance opposées du fait d’un fort effet de base provenant de ventes particulièrement bien orientées au second semestre 2015.


Concernant l’évolution de l’activité par zones géographiques :

  • Les ventes en Europe (hors projets de haute tension et harnais automobiles) s’inscrivent en retrait sur l’année (-2,5%) sous l’effet principal de la baisse de la demande des opérateurs d’énergie en câbles de distribution de basse et moyenne tension.
  • L’activité en Amérique du Nord s’inscrit en croissance annuelle de 1%. La bonne tenue des ventes aux opérateurs d’énergie ainsi que des câbles et systèmes LAN compense le recul toujours sensible de l’activité d’AmerCable.
  • La progression observée en Amérique du Sud (+6,2%) résulte d’une progression au Brésil (+19,9%), et de ventes toujours bien orientées en Colombie (+10,2%) compensant le recul constaté au Pérou (-9,1%).
  • Avec des ventes en retrait de -9,4% la zone Asie-Pacifique est impactée en particulier par le recul des chantiers navals (Corée du Sud, Chine) et le ralentissement sur le ferroviaire (Chine) que ne compense pas la croissance en LAN.
  • Enfin, les ventes dans la zone Moyen-Orient, Russie et Afrique sont en hausse de 6,3%, où les volumes ont progressé sur l’ensemble des pays à l’exception du Maroc.

 

Chiffres clés 2016

(en millions d'euros) A cours des métaux non ferreux constants
   2015 2016
Chiffre d’affaires 4 604 4 431
Marge opérationnelle 195 242
Taux de marge opérationnelle (% des ventes) 4,2% 5,5%
Résultat net (part du Groupe) (194) 61

 

Chiffre d’affaires par métier

  2015 2016   Croissance organique
(en millions d’euros) A cours des métaux non ferreux constants A cours des métaux non ferreux constants  
Transmission, Distribution et Opérateurs 1 935 1 842   -2,0%
Transmission       -2,2%
Distribution et Opérateurs       -1,9%
Industrie 1 250 1 171   -3,8%
Distributeurs et Installateurs 1 136 1 127   +0,6%
Autres 283 291   +8,3%
Total Groupe 4 604 4 431   -1,2%

 

Marge opérationnelle par métier

(en millions d’euros) 2015 2016
Transmission, Distribution et Opérateurs 108 122
Industrie 57 59
Distributeurs et Installateurs 63 78
Autres (33) (17)
Total Groupe 195 242

 

Les initiatives stratégiques se déroulent globalement conformément aux attentes et au calendrier, avec toutefois des différences dans le mix des actions :

  • Les actions de réduction de Frais Fixes ont eu un impact positif sur la marge opérationnelle de 22 millions d’euros avant inflation, s’ajoutant aux 62 millions d’euros déjà dégagés en 2015. La baisse des volumes au cours de cette année a pesé sur la productivité des frais fixes expliquant le retour moindre en 2016 qu’en 2015. Les principales restructurations industrielles lancées au cours des trois dernières années sont désormais déployées.
  • L’impact net des économies de Coûts Variables sur la marge opérationnelle ressort à 58 millions d’euros contre 10 millions d’euros en 2015. L’accent a été mis sur la réduction des coûts d’achat et sur le renforcement des plans d’efficacité industrielle.
  • Les actions de « Market leadership » ont permis une amélioration de 39 millions d’euros. La hausse d’activité attendue sur les métiers de haute tension sous-marine devrait permettre d’augmenter ce résultat en 2017.
  • Enfin, le programme annoncé de sélectivité du portefeuille opérationnel du Groupe est en grande partie achevé avec un volant cumulé de plus de 300 millions d’euros de capitaux employés ayant fait l’objet d’une cession, d’une fermeture de site ou d’une réorientation stratégique amenant leur profitabilité à un niveau plus conforme à l’attente du Groupe.

L’ensemble des initiatives du plan stratégique a ainsi contribué à la marge opérationnelle consolidée à hauteur de 119 millions d’euros sur l’année, soit un niveau supérieur à celui de 2015 (106 millions d’euros). L’effet de ciseau des coûts et des prix a été estimé à -78 millions d’euros pour 2016 contre -53 millions d’euros en 2015 reflétant les conditions de marché plus tendues, en particulier au second semestre 2016.

 

Analyse détaillée par métier

Transmission, Distribution et Opérateurs

Le chiffre d’affaires de l’activité Transmission, Distribution et Opérateurs s’élève à
2 133 millions d’euros à cours des métaux courants et 1 842 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une décroissance organique de -2%. La décélération au second semestre résulte de la contraction du segment Distribution et Opérateurs
(-6,9% vs. +3,2% au premier semestre). Le segment Haute Tension s’inscrit en progression de 2,7% (vs. -6,5% au premier semestre).

  • Distribution

L’activité câbles de distribution s’est progressivement détériorée au deuxième semestre de 2016 pour atteindre un recul organique de -2,8%, les principaux distributeurs d’énergie ayant réduit leurs consommations au second semestre par effet de rattrapage d’un premier semestre de niveau élevé.
Cette tendance est particulièrement marquée en Europe : les ventes s’inscrivent en recul annuel de -8% (Allemagne, Belgique, France) après une contraction de près de 20% au second semestre.
Les autres zones s’inscrivent globalement en croissance (+0,4%) avec une progression au Canada, au Brésil ou en Russie.
Le Groupe avait anticipé cette situation de marché en 2015 par le lancement de programmes de restructuration en Europe et Asie-Pacifique et par le déploiement de démarches de sélectivité commerciale et de productivité industrielle. Ceci a permis l’amélioration de la marge opérationnelle tant en valeur absolue qu’en pourcentage des ventes.

  • Opérateurs

Après un démarrage lent (-2,4% au premier semestre), les ventes aux opérateurs de télécommunications progressent de 9,6% au second semestre, postant sur l’année une croissance organique de +3,3%. Cette évolution contribue à l’amélioration de la marge opérationnelle du métier « Opérateurs » en 2016.

  • Haute tension terrestre

L’activité de transmission terrestre a confirmé son redémarrage en 2016 en s’inscrivant en croissance de +18,6.%. La progression est régulière depuis 4 trimestres, et contribue à une amélioration des marges.
Cependant, la marge opérationnelle est encore négative en 2016, liée en Europe à un incident de production sur un câble destiné à un projet en Chine et à la charge encore insuffisante des usines de Charleston aux Etats Unis et de Yanggu en Chine.
À fin décembre 2016, le carnet de commandes en haute tension terrestre représentait 168 millions d’euros de ventes à cours des métaux constants.

  • Haute tension sous-marine

L’activité de câbles de haute tension ressort en croissance organique de 3,2%. Ce taux apparaît toutefois peu représentatif du fait du cadencement particulier inhérent aux projets. L’exercice 2017 devrait s’inscrire en forte croissance tant en chiffre d’affaires qu’en marge opérationnelle, avec les débuts de livraison des contrats Béatrice, NordLink et NSL.
En ce qui concerne les câbles ombilicaux, l’année 2016 a été impactée par la baisse des investissements dans le secteur « Oil & Gas », et, plus ponctuellement, par la faillite d’un client. En revanche l’enregistrement de plusieurs commandes importantes au cours du second semestre assure une croissance du chiffre d’affaires en 2017.
Le sous total combiné des activités sous-marines (haute tension et ombilicaux) s’inscrit ainsi en retrait organique de -8,9% sur l’année, reflétant d’une part l’immobilisation du navire d’installation Skagerrak au premier trimestre et d’autre part la contraction de l’activité en ombilicaux en second semestre

La marge opérationnelle de l’activité Transmission, Distribution et Opérateurs s’établit à 122 millions d’euros soit 6,6% des ventes à cours des métaux constants en amélioration de 14 millions d’euros par rapport à 2015.

Industrie

Le chiffre d’affaires de l’activité Industrie s’élève à 1 346 millions d’euros à cours des métaux courants et 1 171 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une décroissance organique de -3,8%.

Après trois années de croissance à deux chiffres, le segment des faisceaux pour l’automobile se stabilise à un niveau élevé entrainant mécaniquement un ralentissement du taux de croissance en base annuelle (1,6%).

Les segments éolien et aéronautique s’inscrivent en progression à deux chiffres en tirant parti des tendances de ces marchés porteurs et des solides carnets de commandes de nos clients.

L’environnement du secteur « Oil & Gas » a pesé sur les activités les plus exposées, avec des contractions d’activité supérieures à 30% pour les  chantiers navals en Asie et les câbles d’extraction en Amérique. La situation d’AmerCable semble toutefois se stabiliser, les ventes étant en croissance au quatrième trimestre par rapport au niveau bas atteint à fin septembre.

Deux évolutions plus ponctuelles ont pesé sur les ventes du secteur des transports : une contraction des ventes aux chantiers navals en Europe et un recul sur le matériel roulant ferroviaire en Chine, dans l’attente d’un redémarrage des investissements sur le réseau à grande vitesse.

En dépit de la contraction globale de l’activité (-3,8%), la marge opérationnelle de l’activité « Industrie » s’établit à 59 millions d’euros soit un taux de 5% sur ventes à cours des métaux constants contre 58 millions d’euros et 4,6% pour l’année 2015.
Ce résultat comprend des variations importantes entre zones géographiques. L’Europe double sa marge opérationnelle sous l’action conjointe des mesures de sélectivité du portefeuille vers un mix plus favorable et du bénéfice d’une base industrielle totalement restructurée (pour mémoire trois usines ont été fermée au cours des trois dernières années). À l’inverse la Chine et la Corée du Sud sont fortement impactées par la baisse de leurs ventes. Partout l’ensemble des actions d’amélioration opérationnelle sont contributives.

Distributeurs et Installateurs

L’activité « Distributeurs et Installateurs » affiche un chiffre d’affaires de 1 619 millions d’euros à cours des métaux courants et 1 127 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une croissance organique de +0,6%.

Les ventes de câbles d’énergie destinés au bâtiment diminuent de 4,6% au cours du second semestre par rapport au premier semestre sous l’effet d’un troisième trimestre très faible. Le quatrième trimestre montre en revanche un niveau d’activité stable par rapport à celui de 2015. Cette reprise par rapport au troisième trimestre touche toutes les zones géographiques.

  • En Europe, où la baisse des volumes (-4,7%) concerne la plupart des pays, le Groupe se prépare au démarrage du Règlement sur les Produits de Construction (CPR) et améliore pour cela son offre produits de résistance accrue au feu.
  • En Amérique du Nord, les volumes ont été faibles globalement toute l’année
    (-5%) malgré une tendance à la reprise en fin d’année aux Etats-Unis.
  • En Amérique du Sud, les ventes sont en croissance d’une année sur l’autre (+1,6%) avec une dynamique positive au Brésil et au Chili en fin d’année.
  • La dynamique positive du premier semestre est confirmée au deuxième semestre dans la zone Moyen-Orient, Russie, Afrique, où la croissance annuelle atteint 10,5%.
  • Sur la zone Asie-Pacifique la croissance annuelle est proche de zéro mais le deuxième semestre présente une augmentation de pratiquement 10% par rapport au premier semestre.

En dépit d’un ralentissement de volumes au second semestre, les ventes de câbles et systèmes LAN demeurent bien orientées et montrent un taux de croissance annuelle de 5,1%. Cette croissance est particulièrement concentrée sur les Etats-Unis et la Chine où le Groupe tire parti de son offre attractive sur le marché croissant des centres de données.

Dans ce contexte, le Groupe améliore encore sa marge opérationnelle en 2016. En effet, celle-ci ressort à 78 millions d’euros soit 6,9% des ventes à cours du cuivre constant alors qu’elle était de 63 millions d’euros en 2015, soit 5,5%.

 

Autres

Les autres activités du Groupe sont surtout constituées des ventes externes de fils machine en cuivre. Elles affichent un chiffre d’affaires de 716 millions d’euros à cours des métaux courants et 291 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une croissance organique de +8,3%.

La marge opérationnelle des Autres activités est négative de -17 millions d’euros contre -33 millions d’euros en 2015. Le niveau négatif de la marge opérationnelle de ce segment s’explique par le fait que les coûts centraux non allouables aux métiers sont inscrits sur cette ligne, compensant le profit dégagé sur la vente de fils de cuivre.

 

IV- Analyse du résultat net et autres agrégats financiers

(en millions d’euros)  2015 2016
Marge opérationnelle 195 242
Effet Stock Outil -52 -6
Coûts de restructuration -100 -33
Autres produits et charges opérationnels -110 -22
Dont dépréciations d’actifs nets -129 -8
Dont autres produits et charges opérationnels 19 -14
Quote-part dans les résultats nets des entreprises associées 1 4
Résultat opérationnel -66 185
Charge financière nette -105 -88
Impôts -25 -37
Résultat net (part du Groupe) -194 61

 

Le résultat opérationnel du Groupe s’établit à 185 millions d’euros en 2016 contre -66 millions d’euros en 2015. Cette forte amélioration résulte des principales évolutions suivantes :

  • L’effet « Stock Outil » représente une charge de 6 millions d’euros (contre 52 millions d’euros en 2015) relativement réduite,  les prix moyens pondérés du stock n’ayant pas matériellement varié entre fin 2015 et fin 2016. La hausse des prix de cuivre intervenue à partir de mi-novembre a toutefois eu un effet positif d’environ 20 millions d’euros sur le second semestre.
  • Les charges de restructurations se sont élevées à 33 millions d’euros en 2016 contre 100 millions d’euros en 2015. Elles correspondent principalement aux coûts non provisionnables des plans antérieurement lancés et aux coûts liés à la fermeture d’un site aux Etats-Unis.
  • Après la forte dépréciation d’actifs opérée en 2015 pour 129 millions d’euros, l’exercice 2016 enregistre un impact limité de 8 millions d’euros sur des actifs individuels en Asie Pacifique.
  • Les autres produits et charges opérationnels ont un impact net négatif de 14 millions d’euros en 2016 contre un produit de 19 millions d’euros en 2015.  Ils correspondent à un gain latent sur dérivés métaux pour 12 millions d’euros, une moins-value de cession nette de 6 millions d’euros et une charge de 20 millions correspondant essentiellement à une dotation complémentaire de provision pour risques relative au coût potentiel des enquêtes concurrence.

La charge financière nette s’élève à 88 millions d’euros contre 105 millions d’euros en 2015 reflétant principalement la baisse de la charge d’intérêts liée à la stratégie de refinancement externe du Groupe.

La charge d’impôts s’élève à 37 millions d’euros contre 25 millions en 2015, alors que le résultat courant avant impôt augmente de 268 millions d’euros.

Le résultat net part du Groupe est positif de 61 millions d’euros en 2016. Il était négatif de 194 millions d’euros en 2015.
En conséquence, le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale de procéder à la distribution d’un dividende de 0,5 euro par action au titre de l’exercice 2016.

La dette nette s’établit à 211 millions d’euros au 31 decembre 2016 contre 201 millions d’euros au 31 décembre 2015. Cette quasi-stabilité recouvre principalement les éléments suivants.

  • Un cash flow opérationnel de 224 millions, en progression de 33 millions par rapport à 2015.
  • Des décaissements pour restructuration de 86 millions d’euros contre contre 104 million d’euro en 2015.
  • Des décaissements pour investissements, nets de cession, de 135 millions d’euros, en réduction de 35 millions d’euros par rapport à 2015.
  • Une augmentation du besoin en fonds de roulement de 88 millions. Le besoin en fonds de roulement des activités « câbles » s’inscrit en légère réduction, l’augmentation provenant des métiers de projets. Pour les projets sous-marins, le niveau de besoin en fonds de roulement revient à un niveau plus normal après un niveau très faible observé à fin 2015, du fait de courbes cash favorables et prépaiements significatifs. Pour les projets terrestres, l’augmentation reflète la progression du volume d’activité.
  • Le solde (75 millions d’euros) correspond principalement aux produits de cessions de titres, à l’opération d’actionnariat salarié et à des effets de change sur la dette nette.

 

La présentation des résultats sera disponible ce jour à partir de 9h sur le site internet de Nexans www.nexans.com.

Une session de Questions / Réponses par conférence téléphonique (en anglais) est organisée ce jour à 15h00 (Heure de Paris).

Pour y participer, composer le n° suivant et demander "Nexans Conference Call" :

  • depuis la France : +33 (0)1 70 77 09 38
  • depuis les autres pays Européens: +44 (0) 203 367 9454
  • depuis les Etats-Unis : +1 855 402 7764

Les numéros de réécoute (conférence disponible sous 2 heures) sont les suivants :

  • Appel depuis la France : +33 (0)1 72 00 15 00 (en anglais)
  • Appel depuis autres pays Européens: +44 (0) 203 367 9460
  • Appel depuis les USA : +1 877 64 230 18

Pour la réécoute, veuillez préciser la référence de conférence 305960 suivie du signe dièse (#).

 

Calendrier financier

  • 3 mai 2017 :        Information financière du premier trimestre 2017
  • 11 mai 2017 :      Assemblée Générale des actionnaires
  • 27 juillet 2017 :   Résultats du premier semestre 2017

 

Note: Les écarts éventuels sont liés aux arrondis

Les informations de nature prospectives contenues dans ce communiqué sont fonction de risques et incertitudes, connues ou inconnues à ce jour, qui peuvent avoir un impact significatif sur les performances futures de la Société.
Le lecteur est également invité à consulter le site Internet du Groupe sur lequel sont disponibles en particulier la présentation aux analystes des résultats annuels et les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2016 où figurent notamment la confirmation des risques liés aux enquêtes des autorités de la concurrence lancées en 2009  (voir note 30 a) de l’annexe aux comptes consolidés « Enquêtes Concurrence »).
Les perspectives 2017-2018 du Groupe sont soumises à quelques éléments majeurs d’incertitude :

  • L’environnement économique et politique de l’Union Européenne, des Etats-Unis avec notamment des évolutions significatives possibles dans la politique commerciale (protection douanière, embargos) et le système fiscal, et de certains pays émergents où Nexans réalise ou prévoit de réaliser des ventes significatives, notamment le Brésil, la Chine, la Côte d’Ivoire, le Liban, la Libye, le Nigéria et la Turquie;
  • L’impact du maintien à des niveaux bas des prix du pétrole, du gaz naturel et de nombreux minerais, qui provoque une forte baisse des investissements dans les activités de prospection et d’exploitation pétrolière, gazière et minières, et déstabilise les économies des pays fortement dépendants de l’exploitation de ces matières premières;
  • La crise de la construction navale et de la construction de plateformes offshore, notamment en Asie;
  • L’impact du Brexit tant sur l’économie européenne en général que sur le financement de grands projets d’infrastructures d’énergie électrique au Royaume-Uni pour lesquels Nexans propose ses solutions de systèmes de câbles Haute Tension; 
  • Le risque que la restructuration envisagée du portefeuille d’activités ne puisse être conduite au rythme voulu compte tenu des conditions de marché;
  • Les initiatives de croissance du groupe pourraient ne pas conduire à la croissance escomptée des ventes à la fois en raison de l’évolution moins favorable que prévu des marchés visés et de difficultés d’exécution de ces initiatives ;
  • Les risques intrinsèques liés à l’exécution des grands projets haute tension sous-marins clés en mains, risque accru dans les années à venir par la concentration de cette activité sur un nombre réduit de projets de grande ampleur (Maritime Link, Nordlink, Beatrice, NSL, East Anglia One);
  • Le risque que certains des programmes d’amélioration de la compétitivité du Groupe ou certains de ses programmes de R&D et d’innovation prennent du retard ou n’atteignent pas pleinement les objectifs visés.

 

Télechargez les annexes

  1. Compte de résultat consolidé
  2. Etat du Résultat Global consolidé
  3. Etat de la Situation Financière consolidée
  4. Tableau des flux de trésorerie consolidés
  5. Informations par segment opérationnel
  6. Informations pour les principaux pays
  7. Informations pour les clients principaux

 

Les procédures d’audit ont été effectuées et le rapport d’audit est en cours d’émission.

 

 

1 - La croissance organique est définie comme la différence calculée sur le chiffre d’affaires standard (à cours des métaux non ferreux constants) entre la période actuelle et la période de référence à laquelle sont appliqués les taux de change actuels sur le périmètre actuel.

 

2 - Le chiffre d’affaires de l’année 2015 à données comparables correspond au chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, retraité des effets de change et de périmètre. Sur le chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, les effets de change s’élèvent à -75 millions d’euros, et les effets de périmètre à -45 millions d’euros.

 

3 - Les activités liées au secteur de l’« Oil & Gas » ont été estimées par regroupement des ventes de câbles pour l’exploration pétrolière et gazière, les câbles ombilicaux et les activités des chantiers navals asiatiques.

 

4 - Pour neutraliser l’effet des variations des cours des métaux non ferreux et mesurer ainsi l’évolution effective de son activité, Nexans établit également son chiffre d’affaires à cours du cuivre et de l’aluminium constants.

 

 

 

 

 

 

Documentation

Vos Contacts

Michel Gédéon Investor Relations
Téléphone +33 1 73 23 85 31
Michel.Gedeon@nexans.com
Paul Floren Corporate Communication
Téléphone +33 1 73 23 84 54
paul.floren@nexans.com
Marième Diop Financial Communication
Téléphone +33 1 73 23 82 23
marieme.diop@nexans.com
Angéline Afanoukoe Direction de la Communication
Téléphone + 33 1 73 23 84 12
Angeline.afanoukoe@nexans.com

A propos de Nexans

Nexans donne de l’énergie à la vie par une large gamme de câbles et solutions de câblage qui permet d’accroître la performance de ses clients dans le monde entier. Les équipes du Groupe agissent comme partenaires au service de leurs clients dans quatre principaux domaines d’activités : le transport et la distribution d’énergie (réseaux terrestres et sous-marins) les ressources énergétiques (pétrole et gaz, mines et énergies renouvelables), les transports (routiers, ferroviaires, aériens et maritimes) et le bâtiment (commercial, résidentiel et centres de données). La stratégie de Nexans s’appuie sur une innovation continue des produits, des offres de solutions et de services, mais aussi sur l’implication des équipes, l’accompagnement des clients et l’adoption de procédés industriels sûrs et respectueux de l’environnement.
En 2013, Nexans est devenu le premier acteur de l’industrie du câble à créer une Fondation d’entreprise destinée à soutenir des actions en faveur de l’accès à l’énergie pour les populations défavorisées à travers le monde.
Nexans est un membre actif d’Europacable, l’association européenne des fabricants de fils et câbles. Le Groupe est signataire de la Charte de l'industrie Europacable, expression de l’attachement des membres aux principes et objectifs du développement du câble éthique, durable et de haute qualité.
Nexans, acteur de la transition énergétique est présent industriellement dans 40 pays, a des activités commerciales dans le monde entier et emploie près de 26 000 personnes. En 2015, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 6,2 milliards d’euros. Nexans est coté sur le marché Euronext Paris, compartiment A. Pour plus d’informations : www.nexans.com

www.nexans.com