Résultats du premier semestre 2017

  • Croissance organique1 de 2,4%2 portée par forte hausse des activités de haute tension sous-marine (circa +40%) et malgré un secteur « Oil and Gas »3 à -32% 
  • Marge opérationnelle stable à 140 millions d’euros par rapport au premier semestre 2016 (135 millions d’euros) et en progression séquentielle de 36% comparée au second semestre 2016 (107 millions d’euros)
  • Résultat avant impôts de 126 millions d’euros, en hausse de 80 millions d’euros, dont 65 millions d’euros résultant de l’effet stock outil. Résultat net à 92 millions d’euros contre 29 millions d’euros au premier semestre 2016
  • Dette nette de 423 millions d’euros (373 millions d’euros au 30 juin 2016)
  • Paiement de dividendes (22 millions d’euros), rachat d’actions propres
    (11 millions d’euros) et acquisitions (12 millions d’euros) au premier semestre 2017

 

Paris La Défense, le 27 Juillet 2017 – Nexans publie ce jour ses comptes pour le premier semestre 2017, examinés par le Conseil d’Administration réuni sous la Présidence de Georges Chodron de Courcel, le 26 juillet 2017.

De nombreuses réussites dans les différents secteurs d’activités
Plusieurs temps forts ont marqué l’activité du Groupe dans ses différents secteurs d’activités au cours du premier semestre 2017.
En effet, Nexans réaffirme son engagement dans la transition énergétique au travers du contrat de 100 millions d’euros avec l’opérateur TenneT, dans le cadre du projet éolien offshore DolWin6 en Mer du Nord. Nexans fournira notamment des câbles haute tension capables de transporter une puissance jusqu’à 900 MW pour la liaison à courant continu de ce projet dont la mise en service est prévue pour 2023. Le Groupe apporte également son expertise et ses solutions à Fosen Vind, le plus grand projet éolien terrestre en Europe qui permettra de doubler à terme la capacité de production d’énergie éolienne en Norvège et d’alimenter des milliers de foyers de ce pays.
Dans le domaine des ressources, BP renouvelle sa confiance à Nexans avec la signature d’un accord-cadre global d’une durée de cinq ans, de type clés en main EPC (Engineering, Procurement, Construction), portant sur des systèmes ombilicaux et DEH (chauffage électrique direct) ainsi que les équipements auxiliaires.

Au cours de ce semestre, Nexans a renforcé sa capacité à répondre à la demande croissante de câbles d’énergie haute tension sous-marins. Le Groupe détient désormais 100% de Nippon High Voltage Cable Corporation (NVC), entreprise japonaise spécialisée dans la production de câbles haute tension. La prise de contrôle totale de cet actif industriel va encore mieux permettre à Nexans de se développer afin de répondre aux perspectives prometteuses de ce marché au niveau mondial. Dans le même esprit, le Groupe prévoit l’extension des activités de son unité de production de Goose Creek aux Etats-Unis pour servir le marché de câbles sous-marins haute tension.
En parallèle, Nexans poursuit sa contribution au déploiement de la mobilité durable avec l’augmentation de sa participation au capital de la start-up G2mobility, spécialisée dans les bornes de recharge intelligentes pour véhicules électriques. Le contrat remporté par le Groupe dans la région Champagne-Ardenne de France pour la fourniture et l’installation de près de 150 bornes pour des véhicules électriques est une illustration complémentaire de l’engagement de Nexans pour l’écomobilité.
Dans le secteur des télécommunications, Nexans a lancé Nexans Data Center Solutions afin d’accompagner les data centers à bâtir du monde hyperconnecté de demain. Implantée en Amérique du Nord, cette nouvelle entité mondiale propose notamment des services et solutions de connectique évolutifs et résilients.
Enfin, avec l’inauguration du nouveau système d’alimentation solaire de 600 kW sur son site Liban Cables, Nexans montre la mise en œuvre concrète de sa démarche RSE au sein de ses unités. Cette installation photovoltaïque permettra au complexe industriel libanais de Nexans de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 750 tonnes par an.
Ces quelques exemples de succès illustrent l'objectif du Groupe de répondre aux besoins croissants en matière d'énergie et de données dans le monde ainsi que la mobilisation des équipes pour y parvenir.

Le chiffre d’affaires du Groupe pour le premier semestre 2017 s’élève à 3 206 millions d’euros, contre 2 951 millions d’euros au premier semestre 2016. À cours de métaux constants4 le chiffre d’affaires s’élève à 2 336 millions d’euros, soit une croissance organique de +2,4%. Hors les activités « Oil and Gas » en recul de 32%, la croissance des autres activités ressort à +4,6%.

L’ensemble des initiatives stratégiques a contribué à la marge opérationnelle à hauteur de 43 millions d’euros au premier semestre, compensant un effet de ciseau des coûts et des prix de 44 millions d’euros.
Ainsi la Marge Opérationnelle s’établit à 140 millions d’euros soit 6% des ventes à cours des métaux constants, un niveau comparable à celui de la même période de 2016 (135 millions d’euros ou 5,9% au premier semestre 2016).

  • Les actions sur Frais Fixes ont contribué à hauteur de 15 millions d’euros avant inflation, s’ajoutant aux 84 millions d’euros de réductions déjà dégagés au titre de 2015 et 2016. Cette évolution reflète principalement l’amélioration de productivité dans les métiers de haute tension sous-marine et les réductions de coûts fixes en Europe.
  • L’impact net des économies de Coûts Variables sur la marge opérationnelle ressort à 12 millions d’euros contre 25 millions d’euros au premier semestre 2016. Le programme de réduction des coûts d’achat et de renforcement des plans d’efficacité industrielle s’est poursuivi. Il est toutefois partiellement atténué par des hausses de prix sur les matières chimiques et plastiques, qui tendent à être intégrées dans les prix de vente mais parfois avec délai.
  • Les actions de « Market leadership » ont permis une amélioration de 16 millions d’euros de la performance opérationnelle. Les principales contributions positives des activités sous-marines, des métiers de télécom et des segments industriels hors « Oil and Gas » (environ 43 millions d’euros au total) voient leur impact net minoré par la contraction des activités « Oil and Gas »  (environ -13 millions d’euros) et un effet de base défavorable d’environ 17 millions d’euros par rapport à un premier semestre 2016 marqué par une demande élevée des Utilities en Europe et des prix favorables sur les marchés du LAN en Amérique du Nord.

Au total, la contribution négative de l’effet ciseau de coûts et de prix (-44 millions d’euros au premier semestre 2017 contre -29 millions d’euros au premier semestre 2016) et celle particulièrement positive au premier semestre 2016 des métiers LAN et opérateurs d’énergie créent une base de comparaison défavorable au premier semestre 2017. En corollaire, le Groupe s’attend à un effet inverse au second semestre de cette année, avec une marge opérationnelle qui devrait excéder le niveau de 107 millions d’euros réalisé au second semestre 2016.

L’EBITDA s’élève à 211 millions d’euros contre 203 millions, soit un niveau stable de 9,0% sur ventes à coût des métaux standard contre 8,9% au premier semestre de 2016. Sur 12 mois glissants le niveau d’EBITDA ressort à 383 millions d’euros.

Le résultat opérationnel s’établit à 162 millions d’euros pour les six premiers mois de 2017 contre 90 millions d’euros au premier semestre 2016. Il reflète un effet stock outil positif de 40 millions d’euros (contre un effet négatif de 25 millions d’euros au premier semestre 2016) et des coûts de restructurations de 20 millions (contre 13 millions d’euros).

La charge financière s’établit à 36 millions d’euros (contre 44 millions au premier semestre 2016).

Le résultat net de la période s’élève à 92 millions d’euros, en hausse de 63 millions d’euros par rapport au premier semestre 2016. Il correspond à un résultat avant impôt de 126 millions d’euros (contre 46 millions au premier semestre 2016) en hausse de 80 millions d’euros, dont 65 millions d’euros reflètent la variation des effets stock outil. La charge fiscale s’élève à 34 millions d’euros (contre 17 millions d’euros).

La dette nette consolidée s’établit à 423 millions d’euros au 30 juin 2017, en augmentation de 50 millions d’euros sur 12 mois. Le paiement de dividendes, les rachats d’actions propres et la croissance externe ont eu un impact de 45 millions d’euros sur le premier semestre 2017.

 

Commentant les résultats du premier semestre 2017, Arnaud Poupart-Lafarge Directeur Général a déclaré :
« Dans une conjoncture toujours difficile (en particulier les marchés pétroliers et sud-américains), la très bonne performance des activités de haute tension nous a permis de tenir notre calendrier. Notre marge opérationnelle est stable par rapport au premier semestre 2016 qui avait bénéficié de contributions positives exceptionnelles.
Les carnets de commandes annoncent un niveau d’activité et une performance au second semestre supérieure à celle de 2016 pour la même période. Pour accompagner le développement futur de ses activités sous-marines, le Groupe lancera au cours du deuxième semestre les investissements nécessaires au renforcement de ses capacités de production et d’installation de projets visant en particulier le marché nord-américain ».

 

Chiffres clés du premier semestre 2017

(en millions d'euros)  
S1 2016 S1 2017
     
Chiffre d’affaires métaux courants 2 951 3 206
Chiffre d’affaires métaux constants 2 277 2 336
     
Marge opérationnelle 135 140
Taux de marge opérationnelle
(% des ventes à cours des métaux constants)
5,9% 6,0%
     
EBITDA 203 211
Résultat opérationnel 90 162
     
Coût de la dette (30) (33)
Impôt (17) (34)
     
Résultat net (part du Groupe) 30 91
Résultat net dilué par action (en euros) 0,68 1,97
     
Dette Nette 373 423

 

Marge opérationnelle par métier

(en millions d’euros) S1 2016 S1 2017
Distributeurs et Installateurs 52 29
Industrie 34 33
Transmission, Distribution & Opérateurs 63 79
Autres (14) (1)
Total Groupe 135 140

 

Analyse détaillée par métier

Distributeurs et Installateurs

L’activité Distributeurs et Installateurs présente un chiffre d’affaires de 906 millions d’euros à cours des métaux courants, et 572 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une baisse organique de -3,2% par rapport au premier semestre 2016.
Cette évolution tient essentiellement à un effet de base localisé aux Etats-Unis et en Chine dans les domaines des câbles LAN. Le premier semestre 2017 corrige cependant la tendance 2016, en progressant de 4% par rapport au second semestre 2016.

Les ventes de câbles d’énergie destinés au marché du bâtiment, en retrait organique de -0,4% par rapport au premier semestre 2016, sont en croissance séquentielle de 4,2% par rapport au second semestre 2016. La pression sur les prix est sensible sur toutes les zones.
La bonne orientation de la zone Moyen-Orient / Afrique (croissance organique de 10,1%), particulièrement des marchés libanais et turc, compense partiellement la faiblesse des volumes qui affecte les autres zones.
L’activité en Europe est stable en volumes (-0,9% par rapport au premier semestre 2016) dans un contexte d’érosion des prix de vente. La préparation industrielle liée à l’entrée en vigueur de la nouvelle directive européenne dite CPR (Règlement sur les Produits de Construction) au 1er juillet 2017 entraine des surcoûts temporaires.
En Amérique du Nord (-2,7%), la baisse des volumes amorcée en 2016 s’est stabilisée au Canada mais la pression sur les prix s’accroit dans les bâtiments résidentiels. Les développements aux Etats-Unis ne compensent pas ces effets.
En Amérique du Sud, les catastrophes naturelles du premier trimestre au Pérou et au Chili ainsi que les incertitudes politiques au Brésil pèsent sur l’activité (-9,4%).
Dans le zone Asie Pacifique (-1,6%), la concurrence s’intensifie en Australie mais les ventes progressent en Corée du Sud.

Les ventes de câbles et systèmes LAN qui avaient connu un premier semestre particulièrement favorable en 2016 s’inscrivent en réduction organique de -11,4%, incluant des effets de volume et de prix.
Le Groupe a lancé son initiative « NDS » (offres globales pour data centers) et en attend un retour en termes de ventes dès le second semestre.

Dans ce contexte, le Groupe enregistre une baisse de la marge opérationnelle pour l’activité Distributeurs et Installateurs qui s’établit à 29 millions d’euros contre 52 millions d’euros au premier semestre 2016 et 26 millions d’euros au deuxième semestre 2016. Cette détérioration s’explique par la référence à un niveau d’activité atypique des câbles LAN au premier semestre 2016 (effet de base) et par une reprise encore progressive sur le marché des câbles d’énergie pour le bâtiment en Europe.

 

Industrie
Le chiffre d’affaires de l’activité Industrie s’élève à 691 millions d’euros à cours des métaux courants, et 587 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une décroissance organique de -0,7% par rapport au premier semestre 2016.
L’activité de harnais automobiles demeure bien orientée avec une croissance à +2,5% tirée par les marchés européens et chinois mais avec une légère érosion des marges liée à une réorganisation industrielle en cours.
Le Groupe envisage l’arrêt de l’activité de harnais destinés aux marchés de véhicules de chantiers au troisième trimestre 2017.
Les activités liées aux marchés « Oil and Gas » s’inscrivent en recul organique de -39,9%. La croissance d’AmerCable (+5,5% d’une année sur l’autre et +10,4% par rapport au deuxième semestre 2016) ne compense pas la contraction des marchés de chantiers navals asiatiques, impactant la profitabilité malgré la restructuration opérée en Corée du Sud.
Les segments éolien, aéronautique, médical et robotique enregistrent une croissance à deux chiffres depuis plus d’un an tirant parti de débouchés porteurs traduits en solides carnets de commandes. Les ventes en Chine bénéficient de l’accélération de la demande de câbles pour trains.
En dépit de la croissance étale de l’activité (-0,7% du fait d’un mix moins favorable des harnais et de la baisse des ventes en Chine et Corée du Sud), la marge opérationnelle de l’activité Industrie s’établit à 33 millions d’euros.
Cette performance est comparable à celle du premier semestre 2016 mais supérieure au second semestre 2016 (25 millions d’euros). Le taux de marge sur ventes à cours des métaux constants demeure stable à 5,7% au cours des premiers semestres 2016 et 2017 – la baisse des marges sur les chantiers navals étant compensée par les dynamiques positives des autres segments.

 

Transmission, Distribution et Opérateurs

Les ventes de l’activité Transmission, Distribution et Opérateurs atteignent 1 198 millions d’euros à cours des métaux courants et 1 027 millions d’euros à cours des métaux constants, soit une croissance organique de 8,7% par rapport au premier semestre 2016. Cette évolution masque une forte disparité entre les métiers de projets (21% du chiffre d’affaires du Groupe) et Opérateurs, d'une part, et de Distribution d'autre part.

Distribution
Les opérateurs d’énergie ont maintenu la tendance observée au second semestre 2016 d’un niveau de dépenses globalement bas. Cette orientation est marquée dans l’ensemble des zones géographiques à l’exception de l’Asie Pacifique (+10,5%) et de l’Amérique du Nord (+20,8%). La croissance organique globale ressort ainsi à -9,7%. Après une fin d’année qui semble avoir marqué un point bas, le taux de croissance organique séquentiel est de +1,5% comparé au second semestre 2016.
En Europe (-17,7%), après une fin d’année très dégradée et des retraits en volumes importants en France, Allemagne, Grèce et Italie, l’activité a progressivement repris au cours de 2017 (croissance organique séquentielle semestrielle de +6,7%). Les carnets de commandes actuels laissent présager une augmentation des volumes au cours du second semestre de cette année.
La zone Amérique du Sud est toujours impactée (-27,5%) par l’absence de contrats lignes aériennes au Brésil et par les catastrophes naturelles survenues au Pérou et au Chili. Le Groupe s’attend à une amélioration au cours du troisième trimestre.
De même en zone Moyen-Orient / Afrique, l’activité est en recul de -19,7% principalement au Maroc du fait d’une baisse des ventes export et d’une demande ralentie pour les transformateurs de puissance.

Opérateurs
Les ventes de l’activité Opérateurs sont en croissance organique de 12,5% en base annuelle, poursuivant la dynamique favorable entamée au premier semestre 2016. Cette tendance concerne toutes les zones, avec des contrastes par pays et contribue à l’amélioration de la marge opérationnelle du métier Opérateurs en 2017.
En Europe (+9,3% d’une année sur l’autre), la demande en France et en Belgique est forte tant pour les câbles à fibre optique que pour les accessoires télécom. Le marché suisse montre des signes de reprise alors que celui des pays nordiques (Norvège et Danemark) s’est ralenti.
Dans les autres zones, où les activités télécom sont plus modestes, la demande est soutenue avec des croissances à 2 chiffres.

Haute tension terrestre
Le redressement entamé au premier semestre 2016 se poursuit et la croissance organique atteint +16,1%.

Haute tension sous-marine
Le chiffre d’affaires de l’activité de haute tension sous-marine présente une croissance organique de 38,8% par rapport au premier semestre 2016, incluant les câbles ombilicaux impactés par la baisse des investissements « Oil and Gas ». Cette évolution est tirée par la production et la livraison des contrats tels que NordLink, Beatrice, Maritime Link ou encore Monita, conformément aux prévisions.
Cette tendance devrait se poursuivre au deuxième semestre avec la contribution des entrées en production et livraison des commandes de câbles ombilicaux enregistrées au cours du second semestre 2016.
Le Groupe consolide par ailleurs ses moyens de production en s’assurant la pleine propriété sur l’usine de haute tension du Groupe au Japon (NVC).
La marge opérationnelle de l’activité Transmission, Distribution et Opérateurs s’établit à 79 millions d’euros en croissance organique de 27,8% tirée par la forte progression de la haute tension sous-marine et la demande en câbles d’infrastructure de télécommunication.

 

Les ventes des Autres Activités
Les ventes des autres activités, essentiellement fils de cuivre, affichent un niveau de 149 millions d’euros à cours des métaux constants, en repli organique de -2,5% par rapport au premier semestre 2016.
La marge opérationnelle des Autres activités ressort à -1 million d’euros dans la mesure où les frais centraux non allouables aux métiers sont inscrits sur cette ligne et compensent le profit dégagé par l’activité de fils de cuivre.

 

Une conférence téléphonique (en anglais) est organisée ce jour à 15h (heure de Paris).
Les numéros à composer pour y participer sont les suivants :

  • Appel depuis la France : +33 (0)1 70 77 09 36
  • Appel depuis la Grande-Bretagne : +44(0) 203 367 94 54
  • Appel depuis les Etats-Unis : +1 646 722 4939

Les numéros de réécoute (conférence disponible sous 2 heures) sont les suivants :

  • Appel depuis la France : +33(0)1 72 00 15 00
  • Appel depuis la Grande-Bretagne : +44(0) 203 367 94 60
  • Appel depuis les Etats-Unis : +1 877 64 230 18

Pour la réécoute, veuillez préciser la référence de conférence : 309957#

 

Calendrier financier

  • 7 novembre 2017 :  Information financière du troisième trimestre 2017

 

Note: Les écarts éventuels sont liés aux arrondis

Les informations de nature prospective contenues dans ce communiqué sont fonction de risques et incertitudes, connus ou inconnus à ce jour, qui peuvent avoir un impact significatif sur les performances futures de la Société.
Le lecteur est également invité à consulter le site Internet du Groupe sur lequel sont disponibles en particulier la présentation aux analystes des résultats annuels, les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2016 et le document de référence 2016 où figurent les facteurs de risque du Groupe, notamment confirmation des risques liés aux enquêtes des autorités de la concurrence lancées en 2009, et les perspectives 2017-2018, ainsi que le chapitre 3 du rapport financier semestriel « facteurs de risque et principales incertitudes ».

Les éléments majeurs d’incertitudes pour le second semestre 2017 et au-delà concernent notamment :

  • L’impact du maintien à des niveaux bas des prix du pétrole et du gaz sur les investissements des clients ;
  • La crise de la construction navale et de la construction de plateformes offshore, notamment en Asie ;
  • L’aggravation de la situation politique et économique en Amérique du Sud, à laquelle s’ajoutent les conséquences de catastrophes naturelles récentes, impactant l’activité ainsi que les risques de change et de crédit ;   
  • Les conséquences de la crise politique au Qatar sur les activités de Nexans dans la région ;
  • L’environnement économique et politique de l’Union Européenne, des Etats-Unis avec notamment des évolutions significatives possibles dans la politique commerciale (protection douanière, embargos) et le système fiscal, y compris les conséquences potentielles du Brexit ;
  • La volatilité des projets LAN aux Etats-Unis ;    
  • Le risque que les résultats de la restructuration envisagée du portefeuille d’activités du Groupe ne puisse pas être atteints au rythme voulu compte tenu des conditions de marché ;
  • Les risques intrinsèques liés à l’exécution des grands projets haute tension sous-marins clés en mains, risque accru dans les années à venir par la concentration de cette activité sur un nombre réduit de projets de grande ampleur (Maritime Link, Nordlink, Beatrice, NSL, East Anglia One) et la forte charge des usines concernées ;
  • Le risque que certains des programmes d’amélioration de la compétitivité du Groupe ou certains de ses programmes de R&D et d’innovation prennent du retard ou n’atteignent pas pleinement les objectifs visés ;
  • Les délais de réalisation et les conséquences économiques de la transition du marché vers des câbles du bâtiment conformes à la nouvelle réglementation européenne CPR (Construction Products Regulation).

 

1 - La croissance organique est définie comme la différence calculée sur le chiffre d’affaires standard (à cours des métaux non ferreux constants) entre la période actuelle et la période de référence à laquelle sont appliqués les taux de change actuels sur le périmètre actuel.

2 - Le chiffre d’affaires du premier semestre 2017 à données comparables correspond au chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, retraité des effets de change et de périmètre. Sur le chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, les effets de change s’élèvent à 37 millions d’euros, et les effets de périmètre à -34 millions d’euros.

3 - Les activités liées au secteur de l’« Oil & Gas » ont été estimées par regroupement des ventes de câbles pour l’exploration pétrolière et gazière, les câbles ombilicaux et les activités des chantiers navals asiatiques.

4 - Pour neutraliser l’effet des variations des cours des métaux non ferreux et mesurer ainsi l’évolution effective de son activité, Nexans établit également son chiffre d’affaires à cours du cuivre et de l’aluminium constants.

 

 

Annexes

Téléchargez les annexes qui contiennent les tableaux suivant :

  1. Compte de résultat consolidé
  2. Etat du Résultat Global consolidé
  3. Etat de la Situation Financière consolidée
  4. Tableau des flux de trésorerie consolidés
  5. Informations par segment opérationnel
  6. Informations pour les principaux pays
  7. Informations pour les clients principaux

Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après vérification du rapport de gestion.

 

Documentation

Vos Contacts

Michel Gédéon Investor Relations
Téléphone +33 1 78 15 05 41
Michel.Gedeon@nexans.com
Paul Floren Corporate Communication
Téléphone +33 1 78 15 04 78
paul.floren@nexans.com
Marième Diop Financial Communication
Téléphone +33 1 78 15 05 40
marieme.diop@nexans.com
Angéline Afanoukoe Direction de la Communication
Téléphone +33 1 78 15 04 67
Angeline.afanoukoe@nexans.com

A propos de Nexans

Nexans donne de l’énergie à la vie par une large gamme de câbles et solutions de câblage qui permet d’accroître la performance de ses clients dans le monde entier. Les équipes du Groupe agissent comme partenaires au service de leurs clients dans quatre principaux domaines d’activités : le transport et la distribution d’énergie (réseaux terrestres et sous-marins) les ressources énergétiques (pétrole et gaz, mines et énergies renouvelables), les transports (routiers, ferroviaires, aériens et maritimes) et le bâtiment (commercial, résidentiel et centres de données). La stratégie de Nexans s’appuie sur une innovation continue des produits, des offres de solutions et de services, mais aussi sur l’implication des équipes, l’accompagnement des clients et l’adoption de procédés industriels sûrs et respectueux de l’environnement.
En 2013, Nexans est devenu le premier acteur de l’industrie du câble à créer une Fondation d’entreprise destinée à soutenir des actions en faveur de l’accès à l’énergie pour les populations défavorisées à travers le monde.
Nexans est un membre actif d’Europacable, l’association européenne des fabricants de fils et câbles. Le Groupe est signataire de la Charte de l'industrie Europacable, expression de l’attachement des membres aux principes et objectifs du développement du câble éthique, durable et de haute qualité.
Nexans, acteur de la transition énergétique est présent industriellement dans 40 pays, a des activités commerciales dans le monde entier et emploie près de 26 000 personnes. En 2016, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 5,8 milliards d’euros. Nexans est coté sur le marché Euronext Paris, compartiment A.