Résultats du premier semestre 2011

Confirmation de la forte reprise de l’activité, amélioration de la marge opérationnelle

  • Chiffre d’affaires à cours des métaux constants1) : 2,287 milliards d’euros, en croissance organique de 8,2% par rapport au premier semestre 20102)
  • Taux de marge opérationnelle3) à 5,1% contre 4,0% au 30 juin 2010
  • Dette nette à 366 millions d’euros (contre 277 millions d’euros au 30 juin 2010) sous l’effet de la croissance de l’activité et de la hausse des prix des métaux non ferreux
  • Confirmation des objectifs annuels : croissance organique comprise entre 5% et 7%, taux de marge opérationnelle d’environ 5,5%
  • Prise en compte d’une provision de 200 millions d’euros relative à la procédure en cours par la Commission Européenne pour comportement anticoncurrentiel

 

Paris, le 27 juillet 2011 - Le Conseil d’Administration de Nexans, réuni le 26 juillet 2011 sous la Présidence de Frédéric Vincent, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour le premier semestre 2011.

Le chiffre d’affaires du premier semestre 2011 s‘établit à 3,527 milliards d’euros contre 2,955 milliards d’euros au premier semestre 2010. A cours des métaux non ferreux constants, il s’élève à 2,287 milliards d’euros contre 2,100 milliards d’euros au premier semestre 2010.
A périmètre et taux de change constants, les ventes enregistrent une croissance organique de 8,2%. Cette croissance s’observe dans tous les métiers du Groupe et en particulier dans l’Industrie et le Bâtiment. Toutes les zones géographiques enregistrent une croissance organique positive à l’exception de la zone Moyen-Orient, Russie, Afrique, pénalisée par les événements politiques en Afrique du Nord et en Egypte.

La marge opérationnelle s’établit à 117 millions d’euros, soit 5,1% du chiffre d’affaires à cours des métaux constants, contre 4,0% au premier semestre 2010. La rentabilité opérationnelle du Groupe bénéficie de la croissance des volumes et des marges qui tendent à s’améliorer malgré la forte hausse des prix des matières plastiques et des composants et en dépit des événements récents en Afrique du Nord et au Moyen-Orient qui ont impacté les activités du Groupe dans la zone.


 

Le résultat avant impôt s’établit à -133 millions d’euros au premier semestre 2011, contre un profit de 5 millions d’euros au premier semestre 2010. Il prend en compte une provision de 200 millions d’euros, relative à la procédure de la Commission Européenne en cours pour comportement anticoncurrentiel dans le secteur des  câbles d’énergie sous-marins et souterrains ainsi que les matériels et services associés (se référer à la note ci-dessous), une charge de restructuration de 13 millions d’euros, des dépréciations d’actifs à hauteur de 6 millions d’euros et un produit de 21 millions d’euros (sans contrepartie de trésorerie) lié à la revalorisation des stocks de cuivre du Groupe.

En conséquence, le résultat net part du Groupe s’établit à -151 millions d’euros (contre une perte de 17 millions d’euros au premier semestre de 2010).

L’endettement net consolidé s’élève à 366 millions d’euros au 30 juin 2011, contre 277 millions d’euros au 30 juin 2010 et 144 millions d’euros au 31 décembre 2010. La croissance de l’activité ainsi que la hausse du prix des métaux non ferreux expliquent l’essentiel de cette progression.

PERSPECTIVES

La première partie de l’année 2011 a confirmé le mouvement général de reprise de l’activité observé au cours du deuxième semestre 2010 avec une progression marquée des câbles spéciaux et des câbles pour le bâtiment. Dans ce contexte, les ventes devraient poursuivre leur progression au second semestre mais à un rythme moins marqué qu’au premier semestre, lequel a bénéficié d’un niveau de ventes en forte progression en comparaison avec le premier semestre 2010. Le Groupe vise ainsi un objectif de croissance organique de ses ventes sur l’année compris entre 5% et 7%.

Sous réserve de la poursuite de la capacité à répercuter les hausses des prix des matières premières plastiques et des composants et en l’absence de nouveaux développements majeurs en Afrique du Nord ou au Moyen Orient qui restreindraient l’activité en deçà des niveaux du premier semestre 2011, la rentabilité opérationnelle devrait poursuivre son amélioration au cours du second semestre pour atteindre un taux de marge opérationnelle d’environ 5,5% sur l’ensemble de l’année.

A périmètre et prix du cuivre constants, la dette nette du Groupe devrait être en recul au 31 décembre 2011, comparativement au 30 juin 2010 pour atteindre environ 300 millions d’euros.

Commentant les résultats du premier semestre 2011, Frédéric Vincent, Président-Directeur Général a déclaré : « Le premier semestre a été très encourageant, en termes d’activité et de rentabilité. Durant cette période, Nexans a lancé un certain nombre de projets de développement majeurs, tout d’abord dans le domaine de la haute tension en Chine et aux Etats-Unis puis dans celui des câbles spéciaux avec la création d’une co-entreprise au Maroc dédiée aux faisceaux destinés au marché ferroviaire ainsi qu’une extension de capacité en Chine. Par ailleurs, le Groupe a signé un accord avec son principal actionnaire Madeco au titre duquel celui-ci renforcera sa participation dans Nexans.
Malgré un contexte économique incertain, en particulier en Europe compte tenu de la crise de la dette souveraine dans certains pays d’Europe du Sud, le Groupe anticipe la poursuite d’une croissance de son activité au second semestre 2011, qui devrait s’accompagner d’une amélioration de la marge opérationnelle et permettre ainsi au Groupe de confirmer son objectif de taux de marge opérationnelle de l’ordre de 5,5% pour 2011 ».

Nexans, ainsi que sa filiale Nexans France SAS, ont reçu en date du 5 juillet 2011, une communication des griefs (*) de la Direction Générale de la Concurrence de la Commission Européenne pour comportement anticoncurrentiel dans le secteur des câbles d’énergie sous-marins et souterrains ainsi que les matériels et services associés. En conséquence, le Groupe a constitué une provision pour risques de 200 millions d’euros dans ses comptes consolidés au 30 juin 2011. S’agissant d’une estimation, on ne peut exclure que les conséquences financières finales pour le Groupe puissent être différentes.  
Ce montant correspond, à ce stade de la procédure, et par application du principe de prudence, à  l’estimation du Groupe de l’amende qui pourrait lui être infligée compte tenu de la politique de la Commission en matière de sanctions ainsi que de la méthodologie et des éléments sur lesquels la Commission envisage de fonder une amende, et la prise en compte de certaines contestations que Nexans compte faire.
Le Groupe demeure aussi sous enquêtes d’autorités de la concurrence en Australie, en Corée du Sud (outre une enquête portant sur les activités réalisées localement) aux Etats-Unis, au Brésil et au Canada, dans le même secteur d’activité.  Le Groupe n’est pas en mesure de se prononcer à ce jour sur les suites qui seront données à ces procédures et à ce titre, n’a constitué aucune provision dans ses comptes en rapport avec les autres enquêtes.
 

Dans son communiqué du 12 février 2009 et dans sa communication ultérieure, la société avait déjà indiqué qu‘une issue défavorable à ces différentes procédures ainsi que les conséquences liées pourraient avoir un effet défavorable significatif sur les résultats et donc la situation financière du Groupe.

(*) Une communication des griefs est une étape officielle des enquêtes de concurrence de la Commission par laquelle cette dernière informe par écrit les parties concernées des griefs retenus à leur encontre. Le destinataire d'une communication des griefs peut y répondre par écrit, en exposant tous les faits dont il a connaissance qui sont susceptibles d’écarter les griefs formulés par la Commission. Il peut également demander à être entendu pour présenter ses observations à propos de l'affaire en cause. L’envoi d’une communication des griefs ne préjuge pas de l’issue finale de la procédure.
.

 

Chiffres clés du premier semestre 2011

 (en millions d'euros)

A cours des métaux non ferreux constants

 

S1 2010

S1 2011

Chiffre d’affaires

2 100

2 287

Marge opérationnelle

83

117

Taux de marge opérationnelle (% des ventes)

4,0%

5,1%

Résultat net (part du Groupe)

(17) 

(151) 

Résultat dilué par action (en euros)

(0,62)

(5,29)

 Analyse détaillée de la marche des affaires par métier

Chiffres d’affaires par métier

 

 

S1 2010

S1 2011

 

Croissance organique

(en millions d’euros)

A cours des métaux non ferreux constants

A cours des métaux non ferreux constants

 

Métier Energie

 

 

     - Infrastructures Energie

897

953

 

4,8%

     - Industrie

427

488

 

15,8%

     - Bâtiment

419

464

 

9,3%

Métier Telecom

 

 

 

 

     - Infrastructures Telecom

84

101

 

17,2%

     - Réseaux Privés Telecom (LAN)

122

120

 

1,0%

Autres

13

17

 

N/S

Sous-total : Activités Câbles

1 962

2 143

 

8,5%

Fils conducteurs

137

144

 

3,9%

Total Groupe

2 100

2 287

 

8,2%


 

Marge opérationnelle par métier

(en millions d’euros)

S1 2010

S1 2011

Métier Energie

 

 

     - Infrastructures Energie

61

58

     - Industrie

7

18

     - Bâtiment

9

30

Métier Telecom

 

 

     - Infrastructures Telecom

1

7

     - Réseaux Privés Telecom (LAN)

8

6

Autres

(9)

(12)

Sous-total : Activités Câbles

77

107

Fils conducteurs

6

10

Total Groupe

83

117

ENERGIE

Au premier semestre 2011, les ventes du métier Energie affichent une croissance organique de 8,5% et s’établissent à 1 906 millions d’euros contre 1 743 millions d’euros au premier semestre 2010.

Infrastructures d’énergie

Au premier semestre 2011, les activités d’infrastructures d’énergie enregistrent une croissance organique de 4,8%. Cette évolution favorable reflète une situation contrastée suivant les segments d’activité.

En ce qui concerne les câbles basse et moyenne tension, la situation est nuancée en fonction des zones géographiques. En Europe, certains pays enregistrent de fortes hausses d’activité, à l’image de l’Allemagne, alors que d’autres affichent des ventes stables (Italie, Scandinavie) ou en retrait (France, Suisse, Espagne et Royaume-Uni). Cette situation reflète une reprise timide de la politique d’investissement des principaux opérateurs. Malgré des volumes en progression, l’Amérique du Nord enregistre également une croissance limitée de son chiffre d’affaires dans un contexte concurrentiel toujours difficile. Dans la zone Asie-Pacifique, les ventes bénéficient par contre de la reprise des investissements des opérateurs de réseaux d’énergie en Australie, en Nouvelle Zélande ainsi qu’en Corée du Sud. La reprise des projets d’interconnexion au Brésil permet à la zone Amérique du Sud d’enregistrer une croissance à deux chiffres. Enfin, les ventes de câbles moyenne tension de la zone MERA (Moyen-Orient, Russie, Afrique) sont pénalisées par le contexte géopolitique égyptien, qui a entraîné un fort ralentissement de l’activité de Nexans dans ce pays et d’une façon plus générale, par l’attrition d’un certain nombre de marchés à l’exportation.

Malgré l’amélioration des volumes, la marge opérationnelle des activités de câbles basse et moyenne tension a été impactée défavorablement au premier semestre par un environnement de marché concurrentiel et une réduction significative des activités au Moyen-Orient.

Dans le domaine de la haute tension sous-marine, les progrès réalisés dans l’exécution des contrats permettent une reconnaissance de chiffre d’affaires nettement supérieure à celle du premier semestre 2010. 

Le Groupe a bénéficié des effets positifs de la réorganisation mise en œuvre en 2010 dans son unité de Halden, en Norvège, pour faire face aux enjeux que connaît ce métier en fort développement.

Sous l’effet de la montée en puissance de la production et d’une meilleure exécution des contrats, la marge opérationnelle de l’activité enregistre un redressement très net au premier semestre 2011, par rapport à 2010. 

Le semestre se caractérise également par une activité soutenue en matière d’appels d’offres, confirmant l’orientation favorable de ce marché.

Les activités de câbles haute tension terrestre ont pour leur part connu un premier semestre difficile. Le premier trimestre a en effet été marqué par le démarrage tardif de certains projets dans les pays du Golfe et par l’interruption de la réalisation de deux importants contrats en Libye. Ces éléments ont retardé la reconnaissance de chiffre d’affaires et perturbé le bon fonctionnement des usines. L’activité affiche une légère reprise au second trimestre grâce à de nouvelles commandes en Europe, Russie et au Moyen-Orient. Les perspectives sont de ce fait plus encourageantes pour le second semestre, même si le Groupe n’anticipe pas à court terme de reprise de son activité en Libye.

Ces différents éléments ont impacté négativement la marge opérationnelle de ces activités au cours du premier semestre 2011.

L’activité en matière de réponse à des appels d’offres reste soutenue et à fin juin 2011, le carnet de commandes de ce métier représente près d’un an d’activité, soit un niveau comparable à celui de fin 2010.

La marge opérationnelle du métier Infrastructures d’énergie s’établit à 58 millions d’euros au premier semestre 2011, soit 6,1% du chiffre d’affaires à cours des métaux constants, contre 61 millions d’euros (6,8%) au premier semestre 2010.

Industrie

A taux de change et périmètre constants, les activités de câbles industriels progressent de plus de 15% au premier semestre 2011.

L’activité de faisceaux destinés principalement aux constructeurs automobiles allemands haut de gamme poursuit sa très forte croissance. Après une progression de plus de 50% sur l’année 2010, les ventes enregistrent de nouveau une hausse de plus de 30% au premier semestre 2011.

Les autres segments de câbles industriels progressent à un rythme proche de 10%. Le secteur des ressources énergétiques bénéficie de la reprise des investissements dans le domaine du pétrole et du gaz. Le redémarrage de l’activité observé dans ce segment au dernier trimestre 2010 est confirmé avec des appels d’offres en nette augmentation. Le secteur de l’industrie minière continue pour sa part à se développer avec une activité en très forte hausse en Australie et en Amérique du Sud. La reprise d’activité est également confirmée dans le segment de la robotique où le Groupe bénéficie notamment des positions fortes de la société italienne Intercond, filiale du Groupe Nexans acquise en 2008. 

Le domaine des transports présente une situation contrastée entre les segments ferroviaire, aéronautique et la construction navale. Dans ce dernier segment, l’activité est en retrait sous l’effet conjugué d’un ralentissement passager de la demande dans le domaine des navires destinés au marché de l’offshore pétrolier (FPSO) et d’une concurrence accrue sur le segment de la construction navale traditionnelle. Les perspectives restent néanmoins favorables avec un carnet de commandes que le Groupe attend en progression en volume mais avec des marges plus faibles que dans le passé. Dans le ferroviaire, la situation du premier semestre 2011 est nettement plus favorable avec une croissance à deux chiffres. Enfin, dans le segment des câbles aéronautiques, la montée en puissance des programmes de production des nouveaux appareils se traduit par une activité en forte croissance.

La marge opérationnelle des activités Industrie s’établit à 18 millions d’euros, soit 3,6% du chiffre d’affaires à cours des métaux constants, contre 7 millions d’euros au premier semestre 2010 (1,6%).

Bâtiment

Au premier semestre 2011, les ventes de câbles destinés au secteur du Bâtiment ont progressé de près de 10% par rapport au premier semestre 2010. Toutes les zones géographiques, à l’exception du Moyen-Orient, sont en croissance.

L’Europe, qui représente la moitié des ventes du segment, bénéficie de la reprise de la construction résidentielle mais surtout du dynamisme des investissements industriels. La situation reste cependant contrastée suivant les pays. La France, qui reste le principal marché du Groupe, enregistre un fort rebond de son activité. Le Royaume Uni connaît également une tendance positive alors que la Scandinavie est stable après avoir été en 2009 et 2010 relativement épargnée par le ralentissement de la demande. Les ventes au Benelux sont en léger retrait, pénalisées par le report de certains projets d’infrastructure, qui devraient néanmoins se réaliser au second semestre. Après un bon premier trimestre, l’activité s’est ralentie au second trimestre en Espagne et reste faible en Grèce.
La situation s’est fortement améliorée en Amérique du Nord avec une croissance organique des ventes de près de 25 % sur le premier semestre 2011. Le Groupe tire parti de ses fortes positions commerciales au Canada et d’un positionnement sélectif sur le marché américain. 

En Amérique du Sud, la forte dynamique des marchés péruvien, chilien et colombien permet au Groupe d’enregistrer également une croissance d’activité à deux chiffres sur la zone. La demande est tirée à la fois par le rebond du secteur résidentiel mais également par d’importants investissements industriels.
En Asie-Pacifique, après une année 2010 particulièrement difficile, le redressement du marché australien se confirme et le Groupe retrouve progressivement une partie des positions perdues en 2010.
Seule la zone Moyen-Orient, Russie, Afrique enregistre une baisse d’activité par rapport au premier semestre 2010, avec un marché turc très concurrentiel.

La marge opérationnelle atteint 30 millions d’euros, soit 6,5% du chiffre d’affaires à cours des métaux constants contre 9 millions d’euros au premier semestre 2010 (2,1%). Ce redressement significatif tient, d’une part, au redressement des volumes mais également à un environnement prix plus favorable.
Le niveau d’activité observé sur les différents marchés demeure nettement inférieur au point haut atteint au premier semestre 2007 mais les rationalisations industrielles opérées depuis cette date en Europe (Irlande, Allemagne) contribuent à une amélioration substantielle de la rentabilité de ce segment.

TELECOM

Réseaux Locaux (LAN)

Les ventes de câbles destinés aux réseaux locaux atteignent 120 millions d’euros au premier semestre 2011, soit un niveau comparable à celui du premier semestre 2010 à taux de change et périmètre constants.

Cette stabilisation des ventes s’observe aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord, les deux marchés principaux du Groupe. En Amérique du Nord, le Groupe observe un ralentissement des projets de centres de données (après une forte progression en 2010), alors que le marché des réseaux locaux lié à l’immobilier commercial tend à redémarrer. Seule la zone Asie-Pacifique est en croissance grâce à une progression des ventes en Corée du Sud.

La marge opérationnelle s’établit à 6 millions d’euros, soit 5,1% du chiffre d’affaires, en retrait par rapport au premier semestre 2010. Cela résulte en partie d’un mix produit moins favorable sur le marché nord-américain.

Infrastructures télécom

Les ventes de câbles destinés au marché des infrastructures télécom enregistrent au premier semestre 2011 une croissance organique de 17%, portant le chiffre d’affaires à 101 millions d’euros. Cette tendance s’observe aussi bien dans le domaine des câbles à fibre optique que dans celui des câbles en cuivre.

La croissance est particulièrement forte en Amérique du Sud et Asie-Pacifique et plus modérée en Europe, à l’exception du segment de marché des composants cuivre et optique qui bénéficie d’une demande soutenue en France au premier semestre. Compte tenu des mesures mises en place, le Groupe n’a pas rencontré de difficulté dans ses approvisionnements en fibre optique suite aux événements survenus au Japon.

Sous l’effet de cette hausse des volumes, la marge opérationnelle s’établit à 7 millions d’euros, soit 7,4% du chiffre d’affaires, contre 1,6% au premier semestre 2010.

FILS CONDUCTEURS

Les ventes externes du métier Fils Conducteurs s’élèvent à 144 millions au premier semestre 2011, en croissance de 4% par rapport au premier semestre 2010. Le Groupe poursuit sa stratégie visant à saturer son outil de production grâce à des ventes externes, lorsque la demande interne est inférieure à la capacité disponible.

La marge opérationnelle s’établit à 10 millions d’euros, soit 6,7% du chiffre d’affaires, contre 4,7% au premier semestre 2010.

Calendrier financier

  • 27 octobre 2011 : information financière du troisième trimestre 2011
  • 23 novembre 2011 : réunion d’information des actionnaires individuels à Toulouse*

* date provisoire donnée à titre indicatif

Ce communiqué, la présentation analystes des résultats semestriels, le jeu complet des comptes et le rapport semestriel d’activité sont disponibles en français sur le site Internet www.nexans.com. Le rapport financier semestriel en français et en anglais sera mis à disposition fin août  sur le site Internet de Nexans. 

Le lecteur est également invité à consulter le Document de Référence 2010 dans lequel figurent les facteurs de risques du Groupe, et notamment ceux liés aux enquêtes de concurrence ouvertes en janvier 2009 en Europe et dans d’autres pays pour comportement anticoncurrentiel dans le secteur des câbles d’énergie sous-marins et souterrains ainsi que les matériels et services associés.

Annexes (PDF  99Ko)

  1. Compte de résultat consolidé IFRS
  2. Etat du résultat global consolidé
  3. Etat de la situation financière consolidée
  4. Tableau des flux de trésorerie consolidés
  5.  Informations par segment opérationnel

1) Pour neutraliser l’effet des variations des cours des métaux non ferreux et mesurer ainsi l’évolution effective de son activité, Nexans établit également son chiffre d’affaires à cours du cuivre et de l’aluminium constants.
2) Le chiffre d’affaires du premier semestre 2010 à données comparables correspond au chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, retraité des effets de change et de périmètre. Sur le chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants, les effets de change s’élèvent à 17 millions d’euros et les effets périmètre à 
-3 millions d‘euros.
3) Indicateur de gestion utilisé par le Groupe pour mesurer sa performance opérationnelle. Taux de marge opérationnelle exprimé en pourcentage du chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux constants.

 

Documentation

Vos Contacts

Michel Gédéon Investor Relations
Téléphone +33 1 78 15 05 41
Michel.Gedeon@nexans.com
Jean-Marc Bouleau Institutional Investors Relations
Téléphone + 33 (0)1 73 23 84 61
jean_marc.bouleau@nexans.com
Jean-Claude Nicolas Corporate Communication
Téléphone +33 (0) 1 73 23 84 51
jean-claude.nicolas@nexans.com
Pascale Strubel Corporate Communication Department
Téléphone + 33 (0)1 73 23 85 28
pascale.strubel@nexans.com
Angéline Afanoukoe Direction de la Communication
Téléphone +33 1 78 15 04 67
Angeline.afanoukoe@nexans.com

A propos de Nexans

Inscrivant l’énergie au cœur de son développement, Nexans, expert mondial de l’industrie du câble, propose une large gamme de câbles et systèmes de câblage. Le Groupe est un acteur majeur des marchés d’infrastructures, de l’industrie, du bâtiment et des réseaux locaux de transport de données. Il développe des solutions pour les réseaux d’énergie, de transport et de télécommunications, comme pour la construction navale, la pétrochimie et le nucléaire, l’automobile, les équipements ferroviaires, l’électronique, l’aéronautique, la manutention et les automatismes. Acteur industriel responsable, Nexans intègre le développement durable dans sa stratégie. Proposer des produits, solutions et services toujours plus innovants, garantir le développement et l’engagement de ses équipes, assurer des processus industriels sûrs et respectueux de l’environnement sont autant d’ambitions qui placent Nexans au cœur d’un avenir durable. Avec une présence industrielle dans 40 pays et des activités commerciales dans le monde entier, Nexans emploie 23 700 personnes et a réalisé, en 2010, un chiffre d’affaires de 6 milliards d’euros. Nexans est coté sur le marché NYSE Euronext Paris, compartiment A. Pour plus d’informations : www.nexans.com